topBanner-01.jpg

Programmation

Du 9 octobre au 3 novembre 2012 au MAMAC

Info & Réservations: 0477/40.32.40

 

SPECTACLES

 

L’homme qui valait 35 milliards

Nicolas Ancion/Collectif Mensuel

Cet homme, c’est Lakshmi Mittal, patron du plus grand groupe sidérurgique mondial, dont l’auteur imagine l’enlèvement à Liège par une bande de pieds nickelés emmenés par un artiste en quête de consécration et un ouvrier fraîchement licencié de la sidérurgie. De ce roman polymorphe, thriller politico-social dont le véritable personnage central est la ville de Liège, le Collectif Mensuel livre une relecture percutante et rock’n’roll, multipliant les formes théâtrales et installant un dialogue permanent entre le jeu des acteurs, la création vidéo et la musique live pour mieux en faire ressortir le ravageur humour, l’incroyable justesse de ton et la...  terrifiante actualité.

Du mardi au samedi à 20.15, les mercredis  à 19.00

 

Royal Boch, La dernière défaïence, spectacle de la Cie Maritime.
Cette création de la compagnie Maritime dévoile le récit, trois ans après son occupation par une quarantaine d’ouvriers, de la vie et de la mort de la manufacture Royal Boch à La Louvière, de ses travailleurs, de leurs combats, leurs déboires face aux escrocs de tout poils. Cette pièce a été créée avec le concours d'anciens travailleurs de Boch, qui ont non seulement participé à l'écriture mais qui y jouent aussi leur propre situation sur scène.

Lundi 22 à 20.15 et mardi 23 octobre à 14.00. Réservation conseillée.

 

Épreuves, spectacle-concert de la Cie Adesso e Sempre (fr)
"Docu-concert " mis en musique et joué en direct par Le Skeleton Band (révélation du Printemps de Bourges 2012) et Vanessa Liautey,  Épreuves raconte, à partir de témoignages de journalistes, le parcours d’une photo-reporter. Quel est le prix que paient ces journalistes pour informer ? Comment témoigner, faire son métier, d’un côté, et vivre sa vie, de l’autre ?
Vendredi 26 octobre à 22.30


EXPOSITIONS


L’Homme qui- L’Expo. Exposition collective d’art contemporain : des artistes belges, français, luxembourgeois et italiens interrogent, chacun dans sa discipline (peinture, photos, installation, vidéo…),  le thème du travail. Au final 20 œuvres  d'artistes aussi divers que Jacques Charlier, Michaël Nicolaï, Dominique Houcmant, Tim Battin, Letizia Romanini, Guido Harari, Thomas Huyghe, Didier Vivien…


De chair et d’acier. Une exposition thématique sur la sidérurgie et le redéploiement économique en Wallonie, conçue et réalisée par le PAC.
Constituée de larges panneaux, d’installations audio et vidéo et d’objets du passé et du futur, l’exposition rend hommage aux travailleurs du feu et propose une réflexion sur les enjeux liés à la sidérurgie wallonne et au-delà, sur les choix de société qui en découlent (visites guidées sur réservation).

Du mardi au samedi de 13.00 à 18.00, les dimanches de 10.30 à 16.30 et tous les soirs de spectacle. Vernissage le mardi 9 octobre à 18.00.


CONFERENCES


Capitalisme en réflexion, conférence-débat organisée par le CAL.
 La crise du capitalisme éclate aujourd’hui au grand jour, mais qu’est-ce au juste que le capitalisme ? A-t-il toujours existé ? Est-il par essence générateur de concurrence et d’inégalités ? Faut-il vraiment lutter contre le capitalisme ? Si oui, comment ? Quelles sont les pratiques innovantes et les alternatives à ce système ?
Jeudi 11 octobre de 14.00 à 16.00

 

 Le Théâtre au Travail, journée d’étude organisée par Théâtre & Publics et la MWB-FGTB, avec le soutien de l’Alpac.
Quel est le rôle et la position du théâtre et de ses pratiques dans notre société, aujourd’hui ? Quelle place est donnée aux artistes et quelle alliance est possible entre action culturelle et action sociale, entre théâtre de service public et organisations de travailleurs pour la définition d’une nouvelle démocratie politique, sociale, économique ?
Vendredi 26 octobre à 14.00.

 

PROJECTIONS et RENCONTRES

 

Formes de luttes et lutte des formes (le cinéma de la classe ouvrière). Projections, rencontres, conférences et débats proposées et animées par Patrick Leboutte, critique itinérant, essayiste et marcheur, professeur de cinéma à l'Insas (Bruxelles) ainsi qu'à l'Académie des Beaux-Arts de Liège, directeur de la collection DVD "Le geste cinématographique" aux Editions Montparnasse. Avec Henri Traforetti, cofondateur du groupe Medvedkine de Basançon dont il fut l'un des caméramans, Bruno Muel, cinéaste, caméraman, producteur et écrivain, cofondateur des groupes Medvedkine, Jean-Denis Bonan, opérateur et cinéaste, cofondateur du collectif Cinélutte.


samedi 20 octobre:

14h30-18h00: "Libres et sans maîtres: les groupes Medvedkine"

1967-1974 : à Besançon, puis à Sochaux : une poignée de professionnels du cinéma, d’un côté, techniciens pour la plupart, quelques dizaines d’ouvriers franc-comtois de l’autre, du textile et de l’industrie automobile, décident de faire des films ensemble. Encouragés par Chris Marker et librement associés sous le nom de « groupes Medvedkine », ils réalisent quinze films qui expriment de l’intérieur le point de vue de la classe ouvrière sur elle-même et sur le monde. Cette expérience unique fut une révolution, concrétisant l’utopie d’un cinéma libre de droit et propriété de tous.

Projections de 
"Manuela" du groupe Medvedkine de Besançon
1967 – 4’ – N&B

"Classe de lutte" du groupe Medvedkine de Besançon
1969 – 40’ – N&B

"Rhodia 4x8" du groupe Medvedkine de Besançon
1969 – 4’ – N&B

"Week-end à Sochaux" du groupe Medvedkine de Sochaux
1972 – 57’ – couleur

 

dimanche 21 octobre:

14h-16h30 : « Paroles d’ouvrières, mémoires du peuple »

Tout au long des années 60 et 70, le cinéma direct, art d’enregistrer conjointement les images et les sons, libéra la parole. Ce fut alors une incroyable envolée d’accents, de parlures, d’intonations, comme autant de lâchers de ballons venus de corps auparavant largement absents des écrans, hommes et femmes ordinaires du cinéma. Au nombre de ceux-ci figure une poignée d’ouvrières. Certes leur vie n’est pas forcément un poème, mais leur capacité à la nommer, à la comprendre, à l’imager n’en finit pas d’étonner, scellée par leur immuable dignité.

Projections de

"La Boucane" de Jean Gaumy
1984 – 36’ - couleur

"A pas lentes" du collectif Cinélutte
1979 – 45’ – N&B
 

17h-20h : « De la liesse : beauté des luttes ».

"Lettre à mon ami Pol Cèbe", de Michel Desrois pour les groupes Medvedkine
1971 – 17’ - couleur

"Un simple exemple" du collectif Cinélutte
1975 – 45’ – N&B

Chaque séance, introduite par Patrick Leboutte avec la complicité de ses invités, sera suivie d’une discussion avec le public.

 

 

CONCERTS


Domgué
Artiste liégeois inclassable qui a donné naissance à un style personnel qu’il qualifie de « Jumpslap », mélange de jazz, de techno et de rythmes tribaux, basé sur une manière de faire des percussions avec son sax. Domgué conjugue à merveille dans sa musique la rigueur héritée de sa formation classique et la liberté des sonorités jazzy et Drum’n’Bass.
Samedi 27 octobre à 22.30

 

Daniel Hélin
Quelle que soit la formule orchestrale, du solo-performing à l’oberbayern de boîte d’allumettes, Daniel Hélin présentera ce jour son cinquième album. Qu’il soit en plastique ou en virtualité nomade, ce sera une exclusivité mondialo-liégeoise !
Mercredi 31 octobre à 21.30

 

J'ME NUMÉRISE de Nicolas Ancion
Un drôle de projet mi-concert, mi-théâtre.
Une sorte d'opéra mi-bouffe où les scènes empirent jusqu'à plus soif, jusqu'à ne plus pouvoir contenir les situations qui dérapent dans le fromage. Les corps se rebellent contre la mécanique du sens. La numérisation du tout aura-t-elle raison de nous ? L'esprit français aurait bien besoin de l'humour belge pour tout envoyer en purée avec la frite d'un Nicolas Ancion.

Texte : Nicolas Ancion / une création de la cie de la gare, avec l'aide de la région Île-de-france

Jeudi 1 novembre à 22.30

 

The Experimental Tropic Blues Band, concert organisé en partenariat avec le Collectif JauneOrange
Fer de lance de la scène rock’n’roll made in Belgium, le trio liégeois est devenu une valeur sûre de la scène rock européenne. C'est à New York que le groupe a enregistré son dernier album "Liquid Love". A apprécier lors de cette performance explosive!
Vendredi 2 novembre à 22.30

 

Fanfare du Commando Fête
Musique décapante, rythmes swingants et danses effrénées. Des fêtes qui emportent tout sur leurs passages, il n'y a qu'une armée qui peut en mener de pareilles!  Issu de nos forêts ardennaises tel un cri de sanglier, le Commando Fête est une fanfare déjantée menée par l'emblématique saoul-caporal Jim West qui, depuis son mégaphone, nous fera connaître les transes d'une nuit endiablée.
Samedi 3 novembre à 22.30